vivre

J’étais assis, bien confortablement, sur mon sofa en regardant un documentaire à la télévision. Le documentaire nous informait sur les derniers moments vécus par certaines personnes atteintes de maladies dégénératives, un sujet plutôt sensible j’en conviens. Sur la totalité du documentaire qui durait plus ou moins une heure trente, un segment d’environ une minute m’a complètement renversé.

C’est un segment où l’on interviewait les trois protagonistes au sujet de leurs plus grands regrets, à la veille de quitter ce monde pour un autre. D’un œil plutôt sentimental, j’ai remarqué que les trois personnes en question ne regrettaient pas principalement des choses qu’ils avaient faites, mais des choses qu’ils n’avaient pas faites, des décisions qu’ils n’ont pas prises et des rêves qu’ils n’ont pas réalisés, qu’ils n’ont pas suivis. Trop préoccupés à écouter les besoins que la société leur a créés, ils n’ont jamais su tourner l’oreille vers leurs propres besoins…

J’étais attristé à l’idée que ces gens meurent, mais qu’ils n’avaient jamais vraiment vécu. Qu’est-ce qui justifie de ne pas avoir pris ces risques? De ne pas avoir tenté le tout pour le tout? Est-ce l’argent? Est-ce la peur de se tromper, de commettre une erreur? La vraie réponse est rien. Rien ne justifie les limites que l’on s’impose à soi-même. Aucune peur, aucune déception, aucun obstacle ne devraient venir à bout de vos rêves, puisque ce n’est pas vous qui possédez vos rêves, mais ce sont vos rêves qui vous possèdent. Ils sont là, dans votre tête, ils vous indiquent ce qu’ils attendent de vous, mais vous, aurez-vous le courage de les écouter?

Ouvrez les yeux. La vie ce n’est pas d’attendre que le weekend arrive chaque semaine. Ce n’est pas de courir après l’argent pour subvenir à de faux besoins, ce n’est pas de vivre selon les convictions des gens qui vous entourent, mais de vivre selon vos propres convictions. Ce n’est pas d’oublier votre journée et vos petits problèmes à travers quelques bières ou quelques verres chaque soir en se disant : «Je l’ai bien mérité.» Car en réalité, non vous le méritez pas, vous méritez mieux. Vous méritez de vivre, de respirer à pleins poumons en ne sachant pas ce que demain vous réserve et non pas en vous demandant si vous devriez améliorer votre forfait de télévision.

Est-ce que vous réussirez à suivre vos rêves facilement? Non. Il y aura des journées où vous vous remettrez en question. Il y aura des journées où vous serez fatigué de vous battre et il y aura des journées où l’envie d’abandonner vos ambitions sera la porte la plus facile à franchir à vos yeux. Stephen King, auteur célèbre, a dû emprunter des vêtements pour se marier alors qu’il vivait dans une petite camionnette, mais il n’a jamais abandonné et a finalement vendu son premier roman à plus de 13 000 copies. Jim Carey, célèbre acteur, a également vécu dans une camionnette durant près de quatre ans avant d’obtenir son premier rôle, il a souffert d’une dépression, mais il a continué d’avancer. Que dire de la chanteuse populaire, Béyoncé, qui s’est faire dire qu’elle ne savait pas chanter avant de finalement réussir dans l’industrie musicale parce qu’elle a continué.

Peut-être que vos proches ne vous appuieront pas, peut-être que personne ne vous appuiera dans votre quête, mais vous méritez de vous écouter, vous méritez de vous battre malgré les obstacles et vous méritez de vous respecter vous-même, et ce,  avant que les autres ne puissent vous respecter.

Sortez de votre routine, de votre quotidien, prenez votre vie en main, pas la semaine prochaine, pas demain, mais aujourd’hui. Empruntez une route inconnue en sortant du travail, essayez de pratiquer un sport que vous n’avez jamais tenté auparavant ou appelez donc cet homme charmant ou cette jolie demoiselle que vous désirez tant contacter depuis un moment, faites-le aujourd’hui. Votre vie commence ici, maintenant, après cette centaine de mots qui vous reste à lire. Quittez ce «mode automatique» sur lequel vous êtes fixé depuis des années, cessez de survivre et commencez plutôt à vivre.

Si vous étiez atteints, vous aussi, d’une maladie incurable, auriez-vous le sentiment d’avoir accompli ce que vous aviez à accomplir? Ou auriez-vous plutôt les mêmes regrets que ces trois malheureuses personnes? Auriez-vous réalisé vos plus grandes aspirations ou celles des autres? Auriez-vous écouté vos propres besoins ou auriez-vous réalisé ce que la société juge de «normal» et de «correct»? Auriez-vous entré dans le moule comme beaucoup de gens ou auriez-vous créé votre propre moule?

On vous a donné ce merveilleux cadeau qu’est la vie, vous avez la liberté d’en faire ce que bon vous semble. Il n’y aura, malheureusement pas de seconde chance possible ni de retour dans le temps. À vous de déterminer si vous désirez vivre vos rêves ou rêver votre vie…

Le prof.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Create a free website or blog at WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: