Liberté d’expression

Que ce soit les femmes, les artistes ou qui que ce soit, on dirait que l’intimidation et le jugement regagnent du terrain depuis quelque temps, au Québec. En vous promenant un peu sur les divers réseaux sociaux, il est facile de constater à quel point certaines personnes sont méchantes. Évidemment, lorsque nous sommes cachés derrière un écran et munis d’un clavier, c’est facile de juger ou de critiquer l’ensemble de la planète.

Je ne m’aventurerai pas sur les mers houleuses que sont les histoires qui font les manchettes en ce moment, ce n’est pas l’objectif de ce billet. Je n’émettrai pas, ici, mon opinion en ce qui concerne la culture du viol ou même sur les événements de l’ADISQ. Mon questionnement tourne plutôt autour de la divergence d’opinions.

Il n’y a pas encore si longtemps, j’écrivais un billet où je parlais de la femme. Dans ce dernier billet, je vouais certaines louanges aux femmes, non pas sous forme de séduction, mais plutôt à travers un regard d’empathie et de compassion. Tous n’ont pas adhéré à ma vision des choses et cela est bien normal. Le monde serait bien ennuyeux si tous adoptaient constamment la même façon de voir les choses. Sauf qu’il y a « toujours bin » une façon de l’apporter, de ce que je sache, une opinion, ça ne vient pas systématiquement avec une insulte. Ce n’est pas parce que t’as une opinion que t’es obligé de l’enfoncer à grands coups de « je t’aime » dans le fond de la gorge des gens. Là on appelle plus ça une opinion, mais un lavage de cerveau ou une dictature. La liberté d’expression, ça ne veut pas dire que tu es libre « d’envoyer promener » la planète lorsque tu n’es pas d’accord. Ça veut simplement dire que tu as le droit de t’exprimer à travers le respect de tous et chacun, même lorsque tu n’es pas d’accord.

De dire que tu n’es pas d’accord avec la façon dont Safia Nolin s’exprime ou même que tu n’es pas adepte de la façon dont elle s’habille, c’est une chose. Par contre, la traiter de conne ou de miles-et-une insultes tous les plus créatives les unes que les autres, ça n’apporte absolument rien à ton opinion. Pire encore, ça discrédite tes arguments face à ceux qui pourraient possiblement adopter ton point de vue.

La différence, ça dérange beaucoup. Quand quelqu’un ose penser noir lorsque tout le monde pense blanc, on dirait que les gens se sentent obligés de la juger. Ma question, pour ceux que ça concerne, est la suivante : « Pourquoi ça te dérange ? » Allez-vous moins bien dormir parce que quelqu’un a une opinion qui diverge de la vôtre ? J’ose croire que non, parce que dans l’affirmative, cela voudrait dire que c’est les autres qui contrôlent votre humeur et qui influencent votre vie.

Être ouvert d’esprit, ça ne veut pas dire que l’on accepte tous ce que l’on voit ou que l’on entend. Cela fait toutefois appel à la tolérance et à l’acceptation de ce qui, oui, est différent et peu commun. Tant qu’il y aura du respect dans la différence et dans les échanges de diverses opinions, il y aura de l’avancement, il y aura de l’évolution et il y aura de la diversité.

Lorsqu’on y réfléchit un peu, si la forêt est si belle, c’est bien parce qu’il y a toutes sortes d’arbres et de plantes qui y poussent. Nous aurions bien peu de sentiers pédestres si nous abattions chaque arbre pour sa différence en comparaison au premier…

Le prof.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Create a free website or blog at WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: