LA QUÊTE DU SUCCÈS

J’ai toujours été quelqu’un avec beaucoup d’ambition, constamment en quête de succès et de reconnaissance. Souvent envahie par l’idée d’avoir du succès financièrement, professionnellement et même amoureusement. Par manque d’estime personnelle, j’ai toujours eu ce besoin de me prouver que je pouvais accomplir de grands projets. Pour moi, la réussite n’a jamais été un choix, mais plutôt un mode de vie. Je me souviens encore de mon père, qui lorsque j’étais adolescent, me répétait constamment que j’étais condamné à réussir, et en fait, nous le sommes tous d’une certaine façon. La société d’aujourd’hui nous a formés à ne pas accepter l’échec, nous nous devons de performer pour être acceptés. Ironiquement, sans échec, il ne pourrait y avoir de succès…

Mais c’est quoi le succès ? Existe-t-il autre chose que le succès prédéterminé par notre société ? Puis-je connaître le succès sans grosse maison, grosse voiture et grosse piscine ? J’ai longtemps pensé que le succès c’était de performer au travail et d’en tirer des bénéfices importants. Puis je me suis dit que le succès c’était aussi d’être connu, de se faire reconnaître en marchant dans les rues du grand Montréal. Je me suis donc mis à écrire pour toutes sortes de magazines et de revues, à la recherche d’une reconnaissance dont je n’ai nullement besoin. Je me suis mis à écrire des chroniques pour un quotidien puis un autre. Je me suis investi à fond train dans mon travail. Ce n’était jamais suffisant, je désirais me démarquer plus que les autres, je voulais qu’on me reconnaisse comme le meilleur. Moi aussi, je voulais une plaque à mon nom, qui reconnaissait le don que je faisais de ma personne quotidiennement.

Je me rends compte que je cours après ce qu’on me demande et non pas après ce que je me demande personnellement.

J’ai fréquenté l’université et là aussi, je désirais être le meilleur, je n’étais jamais satisfait si je n’avais pas un « A » comme résultat. J’ai participé à des concours pour obtenir des bourses d’études parce qu’encore une fois, je voulais qu’on me reconnaisse. Je voulais tant me démarquer et je voulais tant atteindre de nouveaux sommets. Et que dire de l’amour, où là aussi, j’ai désiré être le meilleur, où j’ai désiré être unique.

Puis il y a les injustices ; auxquelles je fais une sévère allergie ; un collègue de travail qui ne fait rien de ses journées et qui fait deux fois votre salaire. Parfois c’est un ami de l’université qui n’étudie jamais et qui réussit haut la main. D’autres fois, c’est une connaissance qui n’a qu’à se présenter le bout du nez dans un endroit public pour séduire à tout coup.

En vieillissant, je me rends compte que le succès « prescrit » par la société est complètement vide de sens, en fait, il est vide tout court. Quand nous serons au bout du chemin, ce n’est ni notre maison, ni notre voiture et ni notre popularité qui marqueront les proches que nous laisserons derrière. C’est plutôt notre gentillesse, notre compassion et notre disponibilité envers ceux qui nous sont chers qui laisseront un héritage significatif.

Avec le recul, j’ai l’impression d’être un peu tombé dans le piège de la réussite selon les normes prescrites. Je me rends compte que je cours après ce qu’on me demande et non pas après ce que je me demande personnellement. Je cours après un succès qui n’est pas le mien. Et si le succès ce n’était rien d’autre que l’accomplissement de ce « pour quoi nous existons » ? Y avez-vous déjà seulement pensé ?

Pourquoi faites-vous ce que vous faites ? Pour quelle raison vous levez-vous continuellement chaque matin ? Pourquoi continuez-vous de payer vos factures, de vous battre et d’enjamber chaque obstacle qui se présente devant vous ? Confrontant n’est-ce pas ? Pourtant, je crois intimement que c’est à l’intérieur de ces réponses que se cache le succès. Peu importe votre métier, peu importe votre apparence, votre façon de procédé, si vous mettez tout en œuvre pour accomplir ce pour quoi vous existez, vous goutez au succès. Quel succès peut être plus grand que celui de l’homme qui accomplit sa raison de vivre ? Quel succès peut être plus grand que celui de vivre plutôt que d’exister ?

Je n’ai qu’un conseil à vous donner pour arriver au succès : trouvez pourquoi vous êtes ici.

Le prof

 

 

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Create a free website or blog at WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: