Enseigner au professionnel : du génie ou de la folie ?

La profession enseignante n’en est pas à son époque la plus glorieuse. Alors qu’on tente de vanter son apport important dans la vie de bien des jeunes, on semble encore éprouver du mal avec la rétention de nos bons enseignants. La plupart des enseignants vous le diront sans problème, on ne fait pas ce métier pour la paie. Quand on s’engage dans cette voie, c’est parce qu’on porte en nous le désir profond de changer des vies, de travailler pour quelque chose de bien plus grand que notre petite personne. Or, comment cette réalité s’applique-t-elle en formation professionnelle ? Vous savez bien, ce mouton noir de l’éducation qu’on a souvent tendance à oublier.

D’abord, il faut savoir que les enseignants en formation professionnelle ne sortent pas de l’université. Non, la plupart d’entre eux arrivent du marché du travail avec quelques années d’expérience en arrière de la cravate. Ce sont des travailleurs que l’on a approchés avec une idée toute simple; faire la différence auprès des prochaines générations de travailleurs dans leur domaine. Cependant, ils ne sont pas encore embauchés dans un centre de formation qu’ils doivent faire face à leur premier obstacle : s’engager dans une démarche de formation universitaire. Nul n’y échappe, peu importe votre âge, peu importe votre expérience, vous voilà de retour sur les bancs d’école. Qui aurait cru que de devenir enseignant signifiait de redevenir étudiant également ? Généralement, le processus universitaire s’étire sur une dizaine d’années. De quoi mettre votre engagement professionnel à rude épreuve.

La plupart des nouvelles embauches en formation professionnelle n’ont pas mis les pieds devant une classe depuis bien longtemps. Ils n’ont pas eu l’occasion de faire des stages universitaires pour constater ce qu’on le nommera la réalité enseignante. Bien souvent, le choc est relativement violent puisque les classes d’aujourd’hui n’ont absolument rien en commun avec celles dans lesquelles nos principaux intéressés ont suivi leur formation. Il est déjà difficile pour un nouvel enseignant fraîchement diplômé de composer avec tous les troubles d’apprentissages qui peuvent se retrouver dans une classe, imaginez lorsqu’on ne vous en a jamais parlé…

Parlons-en des élèves. L’école primaire et secondaire sont des passages obligés pour tous les enfants au Québec. Or, la formation professionnelle est un choix, et rarement le premier pour les jeunes en quête d’une carrière. Nous devons donc souvent les attirer à l’aide d’activités promotionnelles et de publicités. Malgré cela, certains métiers finissent par disparaître. Je pense, entre autres, à la formation en réparation d’appareils électroniques qui est disparu depuis peu.

 

Pourquoi irais-je enseigner en formation professionnelle alors ?

 

Car malgré les points nommés précédemment, ce sont des formations qui tendent à devenir de plus en plus populaires (certains programmes) et qui se démarquent de plus en plus auprès des employeurs. L’ouverture des entreprises et des organismes à notre égard se fait de plus en plus grande. Certains CÉGEPS embauchent des diplômés de la formation professionnelle, les commissions scolaires et j’en passe.

De plus la compétition à l’égard des tâches est beaucoup plus faible qu’à l’école secondaire et primaire. Nous avons la chance, la plupart du temps, de choisir une tâche qui nous convient et nous sommes pratiquement assurés d’un emploi l’année suivante. J’ajoute également que je ne connais personne qui ait commencé à enseigner en formation professionnelle à l’échelon salarial 1 puisque nos années d’expérience dans nos métiers respectifs sont considérées et notre salaire s’en trouve ajusté.

Si, à la lecture de ce texte, vous vous demandez si vous devriez vous lancer dans l’enseignement au niveau professionnel, allez-y ! Est-ce difficile ? Oui. Cependant, je reste convaincu que c’est plus qu’une profession, c’est non seulement un don de soi, mais c’est une façon bien concrète et bien réelle de changer le monde. Attendez qu’un élève vienne vous voir pour vous dire que vous avez changé sa vie, c’est à ce moment précis que vous comprendrez tous l’impact que vous avez et tous l’héritage que vous laissez derrière votre personne.

Je suis enseignant en formation professionnelle, et je suis très fier de l’être.

Le prof.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

Blog at WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: